• Address: BP 8166 Dakar,
    Yoff, Senegal

  • Call Us: (+221) 33 859 96 00 / 33 859 96 02
    dec@cicesfidak.com

La Banque africaine de développement a fourni aux cinq Caisses des dépôts et consignations de la Zone franc d’Afrique de l’Ouest ainsi qu’à celles du Gabon et de la Tunisie, les outils nécessaires pour mieux gérer l’épargne publique et les investissements à l’occasion d’une session de formation et de renforcement organisée en visioconférence du 20 au 21 janvier.

Cette session de formation a regroupé au moins 70 représentants des Cdc autour de thématiques variées : gestion des actifs et passifs, gestion de portefeuille et du risque de crédit, instruments de prêt et de garantie, prise de participatio, selon un communiqué de presse

«Les experts de la Banque, issus notamment du Département du développement du secteur financier (Pifd) et de la Division chargée du développement des marchés de capitaux, ont partagé avec de hauts cadres des Cdc du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Niger, du Sénégal, du Gabon et de la Tunisie, l’expérience de la Banque. Ils ont passé au crible la gestion actif-passif ; le cadre de gestion actif-passif ; la gouvernance ; ils ont notamment expliqué comment la Banque protège sa marge d’intérêt en gérant son risque de taux ; et comment elle gère ses risques de liquidités afin de couvrir ses obligations annuelles », lit-on dans le document.

Saoudatou Dème (Division du développement des marchés de capitaux) a présenté la gestion des risques des opérations non souveraines (opérations qui ne concernent pas les États), qui ne bénéficient pas d’une garantie des États mais qui sont réservées aux entreprises privées, aux projets, aux banques commerciales ou de développement.

Ces exposés ont permis des échanges fructueux sur l’expérience de la Banque africaine de développement. Le directeur du Département du développement du secteur financier de
la Banque, Stefan Nalletamby, s’est félicité de cette coopération avec les Cdc des pays participants : « je suis très heureux de l’engouement suscité par cette première collaboration entre la Banque africaine et les Cdc de l’Union monétaire ouest-africaine (Umoa). La forte représentation des cinq Cdc de la zone, mais aussi la participation des Cdc sœurs de la Tunisie et du Gabon atteste de l’importance pour les Cdc, des thèmes de formation conçus par notre Division du développement des marchés de capitaux pour partager l’expérience de la Banque. », a-t-il dit.

Selon le directeur général de la Cdc de Côte d’Ivoire, Lassina Fofana, également président du Cadre permanent de concertation des Cdc de l’Umoa, « ce partenariat entre les Caisses des dépôts et de consignations et la Banque africaine de développement doit servir de pont entre les Cdc, nos États et les autres institutions financières de développement dans le cadre du financement de nos économies nationales. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *