• Address: BP 8166 Dakar,
    Yoff, Senegal

  • Call Us: (+221) 33 859 96 00 / 33 859 96 02
    dec@cicesfidak.com

La quatrième session ordinaire de l’année du Conseil des ministres de l’Uemoa qui s’est tenue le 10 décembre dernier a adopté plusieurs conclusions et recommandations. La rencontre qui s’est tenue par visioconférence a été présidée Sani Yaya, ministre de l’Economie et des Finances de la République togolaise, son président en exercice.

Le Conseil des ministres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) a tenu sa quatrième session ordinaire de l’année, le 10 décembre 2020, par visioconférence à partir des locaux de la Bceao. C’était sous la présidence de Sani Yaya, ministre de l’Economie et des Finances de la République togolaise, son président en exercice.

Ont également pris part à la rencontre, Abdallah Boureima, président de la Commission de l’Uemoa, Tiémoko Meyliet Koné, Gouverneur de la Bceao, Serge Ekué,pPrésident de la Banque ouest africaine de développement (Boad) et Mamadou Ndiaye, président du Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers (Crepmf).

Selon un communiqué de presse de la Bceao, au terme des échanges, les conclusions et recommandations ci-après ont été approuvées par les ministres.

Examinant la situation récente et les perspectives de l’Uemoa, les ministres se sont félicités de la résilience des économies face la crise de la Covid-19. Le Conseil des ministres a noté une reprise de l’activité économique au troisième trimestre 2020 du fait de la levée des restrictions de mobilité et des effets des politiques publiques mises en place pour soutenir l’activité économique. En effet, le Pib de l’Union a progressé de 0,6% par rapport à la même période de l’année 2019. Pour l’ensemble de l’année 2020, les dernières prévisions situent le taux de croissance du Pib de l’Union à 0,9% contre 5,8% en 2019.

Le Conseil a relevé que les perturbations des circuits de distribution dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et la quasi-stagnation de la production céréalière de la campagne 2019/2020 ont induit une accélération de la progression du niveau général des prix.

Les Ministres ont également noté que le déficit budgétaire global pour l’Union, estimé à 3.742,1 milliards (soit 5,5% du Pib à fin septembre 2020, a plus que doublé comparé à son niveau de 1.576,3 milliards (2,4% du Pib) un an plus tôt. Les efforts coordonnés à l’échelle internationale pour venir en appui aux économies dans le contexte de la Covid-19 ont permis de financer les besoins induits par la crise et de maintenir les réserves de change de l’Union à des niveaux adéquats.

Le Conseil des Ministres a souligné qu’en dépit de l’évolution favorable de la situation sanitaire dans la zone, les perspectives économiques pour 2021 demeurent entourées d’incertitudes. Il a, à cet égard, exhorté les Etats membres à accélérer les efforts d’amélioration des performances des administrations fiscales et de rationalisation des dépenses publiques afin de dégager des ressources pour accroître les capacités des systèmes nationaux de santé, maintenir les dépenses sociales et poursuivre les investissements prioritaires dans les infrastructures.

Par ailleurs, le Conseil des ministres de l’Union a examiné et adopté le projet de loi uniforme sur l’affacturage dans les États membres de l’Umoa. Ce texte vise à doter l’Union d’un cadre juridique adapté, qui devrait contribuer à la dynamisation du financement des entreprises confrontées à des difficultés de trésorerie pour notamment financer leur cycle d’exploitation.

Le Conseil des ministres de l’Umoa a approuvé les perspectives financières actualisées 2021-2025 de la Boad, le cadre d’appétence au risque de la Boad ainsi que la levée des immunités et privilèges de la Boad, dans le cadre de l’octroi de concours par ses partenaires techniques et financiers internationaux que sont la Banque de développement d’Autriche (Bda) et la Banque JP Morgan.

Le Conseil des ministres a approuvé le projet de budget de l’exercice 2021 du Crepmf de l’Umoa. Il a également examiné et adopté le budget des organes de l’Union, au titre de l’exercice 2021 arrêté en recettes et en dépenses à la somme de 123 047 305 451 FCFA, en baisse de 13,0% par rapport au budget 2020.

Le Conseil se félicite des perspectives à moyen terme de l’Union qui indiquent une amélioration de la situation économique et financière dans tous les Etats membres.

Pour assurer la viabilité de l’Union et créer plus d’espace budgétaire en vue de la mise en œuvre efficace des plans de développement, le Conseil exhorte les Etats membres à poursuivre les efforts d’amélioration des recouvrements et de mobilisation des ressources concessionnelles.

Le Conseil a, en conséquence, adopté la recommandation relative aux perspectives économiques et financières des Etats membres de l’Union au titre de la période 2021-2025. Le Conseil a examiné et adopté le rapport définitif de contrôle des comptes des organes de l’Uemoa au titre de l’exercice 2018. A ce titre, il a donné décharge de gestion à l’ordonnateur principal du budget de l’Union et au comptable principal des organes de l’Union pour l’exercice 2018.

Leral

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *