• Address: BP 8166 Dakar,
    Yoff, Senegal

  • Call Us: (+221) 33 859 96 00 / 33 859 96 02
    dec@cicesfidak.com

Joe Biden devrait faire de l’ancienne présidente de la Fed sa secrétaire au Trésor. L’économiste keynésienne aura la tâche de sortir l’économie américaine de la crise provoquée par le Covid-19.

Barack Obama avait nommé Janet Yellen en 2014 à la présidence de la Réserve fédérale (Fed), la banque centrale américaine. Joe Biden devrait en faire sa secrétaire au Trésor, selon les révélations du Wall Street Journal confirmées par toute la presse américaine. A 74 ans, cette économiste keynésienne aura la tâche de sortir l’économie américaine de la crise provoquée par le Covid-19 : même si l’année 2020 se termine sur une récession limitée à 3,5 % du PIB, seule la moitié des 22 millions d’emplois détruits en mars et en avril ont été recréés. De même qu’elle fut la première femme à diriger la Fed, elle sera la première à avoir la haute main sur le Trésor.

Ce choix est le fruit d’un subtil équilibre organisé par Joe Biden, qui devait à la fois satisfaire la gauche du Parti démocrate tout en n’effrayant pas les milieux d’affaires et Wall Street. Le choix de Mme Yellen, qui a filtré assez tardivement, est habile : avec une femme aux compétences et à l’expérience inégalées, le président élu fait taire les prétentions de la sénatrice progressiste du Massachusetts Elizabeth Warren et rassure les milieux économiques.

Née dans une famille juive de Brooklyn originaire de Pologne, Mme Yellen est une spécialiste du marché du travail, ancrée à gauche. Elevée dans une famille où subsistait, selon la presse, le souvenir de la Grande Dépression, cette universitaire diplômée de Yale, épouse du Prix Nobel d’économie 2001, George Akerlof, avec lequel elle a écrit de nombreux articles, a toujours insisté sur la nécessité du plein-emploi.

Janet Yellen fut « une colombe », c’est-à-dire une partisane d’une politique monétaire accommodante, lorsqu’elle dirigea la Fed, d’abord à partir de 2010 en tant que vice-présidente aux côtés de Ben Bernanke dans la foulée de la crise financière, puis en tant que présidente à partir de 2014. Et les faits ont montré qu’elle avait raison.

Le Monde

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *